In Patois
     
Couyonnades

El méete d’école d’minde à Biloute dins quée bataille Châles el Téméraire avoit été twé.

Biloute : C’est dins l’dernière, M’sieu, paçqu’après i n’d a pu féet.

 

L’infirmière aux urgences de l’hôpital :

-  Mon Dieu, mais qu’est-ce qui vous a arrangé comme ça ?

-  J’ai sté rinversé pa’ ein vélo.

-  C’est un vélo qui vous a fait ça ?

-  T’indez, ej n’ai nié co fini, ej vénois à peine dé m’arlèver qu’ein gros camion d’ pompiers m’est rintré d’dins ! E t puis, el timps d’artrouver mes nunettes, c’tein helicoptère qui m’quée d’ssus. Après c’ti-là, v’la ein batiau qui m’passe pad’zus !

- Mais qu’est-ce que vous me racontez là ?

- C’est la vérité vrée !..

-  Mais, ce n’est pas possible ! Y a-t-il eu des témoins à tout ça ?

-  Ah ouais, bé sû’, el patron du manéech’ !

 

El P’tit Sidore viét souner à l‘ huche :

-  ‘Jour em’ sieur, ej peux vos imprunter vot’ n’arrosoir ?

-  Oui, bien sûr, mais n’as-tu rien oublié de dire ?

-  Ah ouais, el père i l’ a co dit : « Si l‘ vieux grougnon arfuse, va vire pus long ».

 

V’là Achille qui r’viét des pachies d’avoir meinné les vaques.

Dins l’cûsine Mariette l’appelle eié li d’minde in li soufflant dins s’ visâche :

-   Eié, ad’vine c’que j’ai mingé !

-  Pouah ! Certain’mint ein vieux camenbert périmé !

-  Bé non, t’as pierdu … c’étoit des fréeses !

 

Au café dé l’arrêt du tram

-  Vous véyez c’t homme-là qu’arrive, quand i viet ett’ci, i comminde toudis deux consommations : ieune pou li et ieune pour s’ camarade de virée paçqu’ein jou’, i  li a sauvé s’ vie in l’poussant in estrémiss in dehors des voies alors qu’el tram arrivoit à toute fèlesse.

Mais, à l’étonn’mint général, èc’ jou’ là,  l’ camarade in question n’ comminde foc qu’ène seule pinte.

Ça féet qué l’ patron li d’mande :

-  Ah ! Vo camerluche a rindu s’n amer ?

-  Non, non, répond l’aute, c’est mi qui n’peux pus boire.

 

D’siré èyé Marguerite s’ pourmènent-té su’ l’digue à Blankenbergue.

-  Monh ! Mariette, ravise, ène mouette morte !

L’autre ergard’ in l’air èyè dit :

-  Aoù ça ?

 

Emile est conducteur dé tram su l’ligne 58. Tous les vindrèdis, i n’a ène pétite vielle coumère qui monte à l’arrêt dé l’Grand Place et qui desquind à Pont Canal. Ein jour, in causant, elle li offre des cacahuètes. Li, qu’est ein brav’ homme, a accepté pou li ette agrèïabe, èyè ça dure ainsi d’puis tois-quat’ semaines.

Ein jour, i li d’minde, quand même, c’qui li vaut ce p’tit plaisi-là.

- Ben, voyez-vous, esplique el vielle, chaque vindrédi, ej vas au marché èyè il a ein marchand, quand ej’passe chez li, i m’baye deux-tois cacahuètes inrobées avé du chuc’ brun, mais comme ej n’ai pus d’dints, je n’peux foc qué les chucher, alors, ej vos baye el resse.

 

Les anciens élèves de l’école Pector  s’artrouvent pou l’prumier caup vingt ans après, eyé i z’ont décidé d’aller au restaurant.

- Aousqu’on va daller minger ?

- Si nos dallions à l’hôtel du Grillon ? I y a doulà enne serveuse ave ein décoll’té, monh ! J’vos dis nié !

Bon ! I vont à l’hôtel du Grillon.

Comme convenu, dix ans après :

- Aousqu’on va daller minger ?

- Si nos dallions à l’hôtel du Grillon ? I z’ont ein menu d’cache, à s’in mett’ plein s’panse

Bon ! I vont à l’hôtel du Grillon.

Et dix ans après :

- Aousqu’on va daller minger ?

- Si nos dallions à l’hôtel du Grillon ? I z’ont enne cav’, du jamée vu !

Bon ! I vont à l’hôtel du Grillon.

Co dix ans après :

- Aousqu’on va daller minger ?

- Si nos dallions à l’hôtel du Grillon ? On peut s’parquer tout près, i n’faut nié trop marcher !

Bon ! I vont à l’hôtel du Grillon.

Eyé dix ans après :

- Aousqu’on va daller minger ?

- Si nos dallions à l’hôtel du Grillon ? On y a jamée été !

 

 

C’est Camille qui rincontre Arnest su’l place du béguinache.

- Qu’est-ce que vos avez fait à vos oreilles pou avoir des pinsemints comme ça ?

- Mais c’est l’ faut d’em femme ! Elle étoit in train de r’passer, et elle avoit déposé es fer tout près du téléphone. Alors quand Edgar a téléphoné pou savoir si on faisait enn’ belote aujou’ d’hui, j’ai bé sûr impougné el fer qu’étoit brûlant !

- Ah ! Et l’aut’ oreille d’abord ?

- Bah, c’est l’aut’ biete qu’a rappelé cinq minutes après pou savoir à qué n’heur !

 

Camille va chez le médecin :

- Doc… doc…docteur… èj … èj bé …bégaye …ed…ed p’us in… p’us in p’us.

- Tr… tr… très… bbbien, on… on…va arr…arran… ger …ger ça !

 

L’aut’ jou’, i m’in est arrivé une bien bonne. J’avos maux m’gorge que je n’savais p’us parler. Alors ej m’in va voir em n’ami qu’est docteur, que j’ connais depuis longmint.

Ej sonne, ayé c’est s’femme qui viet ouvrir l’huche.

Mi, qu’a p’us d’voix, ej souffle : « Robert est là ? ». Mais tout douc’mint, hein !

Et vl’a ti pas qu’elle me répond in chuchotant: « Non, rint’e abie ! …».

 

J’étois accoudé au comptoir chez l’Guss quand l’ grand Eugène s’amène, tu sais c’ti là qu’y a pas pus rapiat.

- Hé bé, t’es tout seu’ aujou’d’hui ? li d’minde el Guss.

- Ben ouais, c’est pass qué je r’vié d’el pecc, èyé comme es ‘ t’ein coin formidap’e qu’j’ai trouvé, ousque j’ prinds ène masse dé pichons, à n’in pus fini’. Tous p’us biaux qu’les aut’s !

- Ah ouais ? Et qu’ess’ tu prinds ?

- Oh, in genieef comme d’habitude !

 

Commint ? i t’on ingagé à Belgacom, malgré ton terrîpe bégaiemint ?

Ouais, répond Ludo tout fier, c’est mi qui fait tut tut tut tut quind c’st occupé !

 

L’abbé Casimir ess fait arrêter pa’ l’douane volante :

-  Rien à déclarer ?

-  Non rié, je r’vié tout simplemint d’Lourdes.

-  Et ça ? Mais c’est de l’alcool ça !

-  Oh, Seigneur, d’jà ein mirac’ !

-  Et dans le coffre ?

- Rié qu’du minger pou mes lapins

- Ouvrez…Mais ce sont des montres suisses ! C’est ça que vous appelez du manger pour lapin ?

- Bé sûr ! Ayez j’peux vous assurer qu’ s’ils n’in veulent té nié, i n’aront rié d’aut’ !

 

Chez l’dintisse :

-  Docteu’ qu’ess’ que j’dois fai’ pou mes dints qui sont toutes jaunes ?

-  Porter un complet brun !