In Patois
     
Bleffes

Ein biau conte dé Noée

L’histoire ès’passe intré Saint Nicolas èyè Père Noée, c’est l’moumint bé choisi pou vos raconter ène belle histoire à l’môde d’ein conte du Noé. L’histoire ès’passe dins n’ein p’tit villâge nié long d’no trô d’ville. Jé n’vos dis nié l’nom rapport qué les geins qué j’vas vos parler pourriont avoir des imbéet’mints avé les services dé l’immigration. Dins c’villâge-là, vivoit ein cinsier qu’avoit ein biau p’tit baudet qui n’avoit rié d’aute à fèere qué…d’braire èyè jwer avé n’belle pétite gâde qui li t’noit compagnie. Tous l’z’ans à l’Saint Nicolas, i fèesoit l’tour du villâge avé l’grand Saint pou daller ch’qu’à l’école ousqué les infants attindiont leu visite comme ein cat après n’sorite. Min.me pou no baudet c’étoit fiète pacqu’i fèesoit toudis ène régalée d’carottes. Après ça, i r’trouvoit s’place èyè s’pétite gâde dins l’pature d’lée l’cinse in attindant l’année d’après. Pourtant, il a n’coupe d’années, el curé a eu l’idée d’fèere ène crèche vivante avec ein nouviau-né, ène vaque èyè…no baudet tout séesi qu’on l’sortoit ein côp d’pus. Vos m’direz qué l’curé a eu branmint d’chance dé trouver des parints prettes à prinde el place dé Joseph èyè d’Marie avé leu p’tit proute pindant l’messe dé minuit dins n’église ousqu’i n’avoit foc qué les candeyes pou l’zé rinscauffer. Vos dallez comprinde pouqué c’qué j’vos ai parlé des services d’immigration. Deux mois pus timpe, Abdel èyè s’fèmme étiont v’nu buquer à l’huche du curé in espérant qu’i pourroit leu trouver ène place pou loger. Ein miraque, il avoit justémint ène vielle gein qui v’noit d’défunquer ça féet qué l’cambûse ousqu’elle vivoit tout seûle étoit jusse c’qu’i falloit pou nos deux réfugiés clandestins. Pou armercier l’curé èyè les geins du villâge qu’aviont vu l’jeu, Abdel el musulman ès’fèmme Aïcha èyè leu p’tit proute ont pris l’place dé Joseph, Marie èyè l’pétit Jésus intourés d’no p’tit baudet èyè ène vaque qué l’cinsier avoit louyé d’lée l’berche. Il avoit bé longmint qué l’curé avoit vu si tant d’geins à l’messe dé minuit !... Si ein biau jour in vous pourmènant dins ein p’tit villâge nié long d’no trô d’ville, vos veyez ène cambûse à coté d’ène pature avec ein baudet èyè n’vaque dédins, vos n’arez nié d’mau d’adviner qui c’qui resse là. El cinsier a été téel’mint émouvé au Noée c’n’année-là qu’il a mis s’baudet èyè s’vaque in pinsion chez…Joseph èyè Marie, c’t’ainsi qu’i les lomme tout mèt’nant !

C.G.

 

El loterie

Au dernier tirâche dé l’loterie, c’est zéphirin, ein brâfe ourvier dé l’commune qu’a gangné à ein liméro près,el lot d’cint mille euros. C’est les liméros 06 12 14 23 31 39 qu’ont sortis et il avoit les liméros 05 11 13 22 30 38 ! On peut dire que c’caup-là el fortune aveuque a su faire risette à qui c’qui l’méritoit. Passqué, Zéphirin, c’tein garçon qu’tout l’monde aime bé, qu’a toudis travaïé honnéet’mint, èyé qui n’auroit jamée pus féer du mau à ène mouche. Ainsi, tous les camarades de travaïe du chanceux sont rallé avé li pou féer el’fiète toute el nut, èyé i d’in a branmint qu’ont eu mal aux ch’feux el lind’main. I l’in a d’ailleurs qui n’sont nié v’nu travaïer du tout. Ej vos dis pas les tournées dins les cabarets tell’mint tout l’monde étoit si contint qu’i d’avoit parmi ieusse ein homme qu’auroit pouvu d’véni millionnaire, in francs naturell’mint. A ein journalisse qu’a v’nu l’interviouver èyé qui li d’mindoit c’qu’il auroit pouvu féer avec les yards qu’i n’avoit nié gangné, Zeph a répondu qu’i n’in savoit co rié, mé qu’il y réfléchiroit certain’mint quand i n’ara pus mau s’tiète. In tout les cas, el Régence a t’nu à féliciter c’brav’homme-là pou l’pubicité qu’il a donné à not’ biau p’tit trau d’ville passqué tous les journaux du pays in ont parlé. C’est l’vérité vraie !

 

EL PARAPUIE DU CURE

Ein braf curé d’campagne avoit pierdu s’parapuie dins l’longue tournée qu’il avoit fait dins chaque méeson d’ses paroissiens. C’étoit ein parapuie d’famïe, èyé il y t’noit comme à l’prunelle dé ses z ‘ies. Comme i counaissoit l’honnéet’té des geins dé s’villâche, il étoit bé sûr dé nié l’artrouver.

Il avoit raconté à s’vièle servante zèphine tous les indoits ousqu’il avoit été pou cacher après, mé, bernique ! Nié pus d’parapuie qué d’grand turc. Alors, Zèphine li a gliché dins l’tïau dé s’n’orèïe ein bon moyen dé l’artrouver.

El diminche au matin, el curé monte dins l’caire dé vérité èyé i dit :

« Mes très chers frères, el vol c’est l’pus grand des péchés. El malhureux qui prind quéete-chose à s’vizin in rindra compte à Dieu pus tard. Il ara s’conscience souïée èyé i n’dormira pus tranquie.

Il a pus d’huit jours qu’on m’a volé m’parapuie. J’vos counnais tertous. Il in a iun d’vous autes qui mé l’a chipé, mé j’suis sûr qu’à c’t heure il in est d’jà tell’mint r’pinti qui n’ouse pus mé l’rapporter dé peur qué j’li fasse des r’proches. J’vas l’mette à s’n’aise èyé li bayer l’moyen d’rapporter l’parapuie sans qui soit connu. I pourra ainsi dormî tranquie. I n’a qu’a j’ter l’parapuie au d’ssus du mur, dins m’gardin. Nos s’rons quite èyé i s’ra pardonné. »

El lind’main au matin, Zèphine a ramassé vingt-tois parapuies dins l’gardin du curé.