Historique
     

Qui somme-nous?

L’association des Montois Cayaux est une ASBL qui a vu le jour le 27 juin 1975. Elle est fondée par un groupe de montois en vue de promouvoir et perpétuer la littérature patoisante montoise, le folklore, les traditions et en général tout le patrimoine culturel et artistique de Mons.

Elle s’interdit toute appartenance politique et prendrait volontiers comme devise : « MONTOIS D’ABORD »

Elle organise régulièrement de nombreuses réunions et conférences sur Mons, des cabarets wallons et autres activités en vue de créer entre ses membres un climat d’amitié et de gaité et aussi d’intéresser la jeunesse à ses racines.

Elle présente chaque année une exposition en relation avec Mons en prélude aux festivités de la Ducasse.

Elle réédite depuis 1976 « L’Armonaque de Mons » et elle a collaboré avec les Amis de Marcel Gillis et l’Anthologie montoise en vue de l’édition des livres sur Marcel Gillis, les Rues de Mons, les Arts ainsi que « Acoute à mi », « 40 fables en Montois » et un livre sur Charles Letellier.

Elle a publié un Dictionnaire illustré Montois-Français accompagné d’un glossaire Français-Montois qui a demandé près de 20 ans de travail, ainsi qu’un livre sur les Proverbes montois illustrés et, en collaboration avec l’Anthologie montoise, un volume de prestige sur le sculpteur Jacques Du Broeucq.

En 2000, elle a débuté, sur base de son fonds d’archives iconographiques, la publication d’une série de recueils de photos : en 2001 ce fut les commerces montois de 1880 à 1939, en 2002, les coins disparus ou profondément transformés de Mons et en 2003, la vie quotidienne à Mons de 1900 à 1950.

Elle prévoit l’édition d’un livre sur les enseignes des façades, en collaboration avec le Photo-club montois.

Chaque trimestre, les membres en règle de cotisation reçoivent le bulletin de l’association : « el gazette des Camerluches »

Son principal objectif, à l’aube de ce siècle, est d’intéresser un maximum de jeunes à ses activités, dans le but d’assurer la relève. C’est pourquoi elle vient de signer, avec les autres associations patoisantes montoises et boraines une charte de collaboration dynamique mise au point par le Conseil Culturel Participatif de Mons.